1.2 :: QUEL(S) PROCESSUS AUTOMATISER ?


CAO ou CFAO ?
Votre décision doit être guidée par vos volumes de production et vos capacités d’investissement.


Plusieurs cas de recours à la CFAO sont possibles :
--------o Conception en interne et fabrication sous-traitée
--------o Conception en interne et fabrication mutualisée
--------o Conception et fabrication en interne
--------o Conception en interne avec un mixte de fabrication
------ --en interne et externalisée


Nous nous attachons ici à répondre à la question pour ceux dont l’objectif est de couvrir les besoins de production de leur laboratoire. Il va de soit que pour ceux qui souhaitent mettre en place une activité de sous-traitance, le choix portera sur des moyens de fabrication en interne. On constate aussi que des laboratoires choisissent de s’équiper d’un système complet de CFAO en cumulant leur production interne à une activité de sous-traitance.
Attention ! Ceux qui misent sur ce modèle économique sont de plus en plus nombreux et à force il n’y aura pas de travail en sous-traitance pour tout le monde. Si telle est votre stratégie, privilégiez des partenariats avec des confrères plutôt que de risquer votre rentabilité sur un chiffre d’affaires aléatoire. La sous-traitance est une activité à part entière, pour laquelle vous devez prévoir des ressources dédiées et une organisation spécifique.


1.2.1 :: Conception en interne et fabrication sous-traitée

Si vous ne disposez pas d’un volume de production suffisant, vous devez vous équiper d’un système de CAO et sous-traiter la fabrication. Il n’y a aucun intérêt à s’équiper d’un système de fabrication si le coût de revient en interne d’une fabrication est plus élevé que celui que vous propose un sous-traitant, coût de main d’œuvre y compris.

Pour les prothésistes indépendants, voire les très petites entreprises, cette formule permet de se consacrer aux activités à forte valeur ajoutée et d’externaliser les tâches moins rentables.


1.2.2 :: Conception en interne et fabrication mutualisée

Le principe consiste à se regrouper pour créer un centre de production dédié au collectif. Dans le cadre d’un regroupement de proximité, il est même envisageable de mutualiser les équipements de numérisation 3D. Ainsi, pour certains prothésistes, l’investissement pourra se limiter à l’achat d’un logiciel de CAO ce qui rend la technologie numérique accessible à tous. Et la production de chaque prothésiste, même indépendant, contribuera à accroître la compétitivité globale du centre de production, et donc la compétitivité de chacun.

C’est le choix le plus judicieux pour un grand nombre de laboratoires car il permet au collectif de profiter des meilleurs coûts ; le volume cumulé de production profite à tous. En effet, la principale variable du coût de revient des fabrications est le prix de la machine ; plus on augmente le taux de charge d’une machine, moins le coût de la machine impacte le prix des pièces fabriquées. De même, le prix d’achat des matériaux est dégressif plus on augmente la quantité commandée. De plus, l’achat collectif des équipements de CAO vous permettra de négocier le prix des équipements. Toutefois, l’approche collective ne doit pas se traduire par l’achat du même système de CAO pour tous les membres du groupement. Chacun doit choisir la CAO qui répond le mieux à ses attentes, à son intuition face à l’outil. C’est pourquoi, vous devez favoriser l’achat d’un ou plusieurs systèmes de fabrication capables de recevoir des fichiers de divers logiciels de CAO.

Un autre avantage de la mutualisation des équipements de fabrication est la possibilité de choisir les équipements les plus compétitifs pour chacune des applications. Imaginons un groupement cumulant en moyenne plus de 200 éléments en cobalt-chrome et plus de 50 éléments en zircone par jour. Il pourra s’équiper de deux machines, chacune dédiée à un matériau. Si en plus le collectif œuvre dans le domaine de l’implantologie, il pourra acquérir une machine-outil à 5 axes pour l’usinage des composants en titane, y compris les barres. Dans ce cas, il faudra davantage de compétences en CFAO mécanique. Or, l’autre intérêt de la mutualisation, c’est que le groupement pourra se permettre d’embaucher du personnel qualifié en usinage et/ou fabrication additive venant de l’industrie mécanique.

Plusieurs formes juridiques sont possibles pour créer un groupement d’entreprises ; la plus courante est le GIE : Groupement d’Intérêt Économique. Il permet de créer rapidement une structure fiable pour toutes sortes de mises en commun entre TPE ou PME. Sachez que même les plus grandes entreprises de l’industrie aéronautique et automobile créent des GIE pour mettre en commun des ressources technologiques très onéreuses.


1.2.3 :: Conception et fabrication en interne

Si vous disposez d’un volume de production qui le justifie, vous pouvez choisir de vous équiper d’un équipement de CFAO complet. Pour le système de fabrication, deux options sont possibles :
a) choisir un système polyvalent qui répond à l’ensemble des réalisations automatisées, ce qui impliquera une organisation rigoureuse des temps d’occupation de la machine pour chaque type d’application ;
b) choisir un système de fabrication par type d’application et/ou de matériau, ce qui implique que vous ayez des volumes de production qui vous permettent de rentabiliser chaque équipement.


1.2.4 :: Conception en interne
avec un mixte de fabrication en interne et externalisée

C’est certainement la formule la plus efficace pour les laboratoires de taille moyenne. Vous pouvez par exemple vous équiper d’un système de CFAO complet pour l’activité dont vous disposez d’une production interne qui assure un bon taux de charge de la machine et externaliser vos autres fabrications. Ainsi, vous vous équipez de la machine la plus compétitive par rapport à votre principal besoin pour vous assurer de sa disponibilité permanente. Pour les productions externalisées, vous pouvez choisir de les sous-traiter ou de vous associer à un collectif de mutualisation de ressources.

Cette formule est celle que proposent notamment la plupart des fournisseurs d’équipements pour laboratoires. Souvent, ils proposent la vente d’un système d’usinage de matériaux tendres et un service de sous-traitance des fabrications en matériaux durs, pour compléter la production par fonderie du laboratoire.

Page suivante

haut de page