3.3 :: PROCESSUS EN COURS D'INITIATION

Processus

Ce processus est celui qui s’initie actuellement dans l’activité dentaire. Le prothésiste démarre son travail à partir de la représentation 3D de l’empreinte réalisée chez le dentiste, par numérisation intra-buccale ou par numérisation de l’empreinte physique.

Les processus de conception et de fabrication des structures au sein du laboratoire restent les mêmes, selon les deux processus de fabrication décrits précédemment. Par contre, la disparition de la préparation en plâtre pose problème. Trois possibilités sont à envisager : continuer à produire des modèles en plâtre, produire des modèles par fabrication numérique ou ne plus produire de modèles.

Dans le cas de la numérisation d’une empreinte physique, le prothésiste va pouvoir démarrer sa conception dès réception du fichier 3D de l’empreinte, puis deux processus sont à envisager pour la validation d’occlusion lors la pose du cosmétique de finition :
------a) il recevra l’empreinte physique qui lui permettra de réaliser le modèle en plâtre ;
------b) il réalisera le modèle par fabrication numérique (fabrication additive ou usinage).
Dans le cas de la numérisation intra-buccale, seul le processus b) est envisageable.

Lors de la fabrication totalement automatisée d’une restauration (fabrication numérique de la structure et du cosmétique), la réalisation de modèles pour les tests d’occlusion ne s’impose pas pour les cas simples. En effet, les logiciels de CAO permettent une validation numérique de l’occlusion. Pour les cas complexes, il va falloir attendre des progrès en simulation numérique de l’anatomie occlusale et une interopérabilité entre les outils numériques du prothésiste et ceux du dentiste.

Composants CFAO mis en œuvre :
- Logiciel de CAO pour la modélisation des restaurations.
- Système de fabrication des maquettes calcinables ou des structures en bonne matière.
- Système de fabrication des modèles se substituant aux préparations en plâtre.

Avantages :
- Plus besoin de scanner 3D.
- Mise en place d’une chaîne numérique sans rupture, de la prise d’empreinte à la prothèse dentaire.
- Réduction significative du délai de la réhabilitation dentaire.

Inconvénients :
- Nécessité d’un équipement de fabrication des modèles pour la validation d’occlusion.
- La fabrication des modèles par usinage ou procédé additif à la place des préparations en plâtre va augmenter le coût de revient de la restauration.

3.1 :: Fabrication de modèles calcinables
3.2 :: Fabrication bonne matière
3.3 :: Processus en cours d'initiation
3.4 :: Perspectives en implantologie

Page suivante
haut de page